Les bienfaits de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui consiste à redonner au corps son équilibre et sa santé. Force musculaire, souplesse articulaire, souffle sont alors gagnés par le libre jeu des structures.

Centrée sur les besoins individuels de chacun, l’ostéopathie s’adresse aux personnes de tout âge et de toute condition physique.  En effet, les techniques sont douces et indolores.

L’ostéopathie peut non seulement vous aider dans votre quête de bien-être corporel, en vous procurant une relaxation incomparable et un équilibre total, mais également vous permettre d’améliorer vos performances en libérant les tensions de votre corps.

Le concept ostéopathique

 

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle, qui consiste à prévenir, diagnostiquer et traiter les dysfonctions de la mobilité des tissus de l’organisme pour redonner au corps son équilibre et sa santé. Son approche thérapeutique est non-médicamenteuse et non-chirurgicale. L’ostéopathie considère l’individu dans sa globalité et s’appuie sur une connaissance approfondie de l’anatomie et la physiologie du corps humain.

Ses bienfaits sont multiples : relaxation et libération des tensions du corps, bien-être, souplesse articulaire, équilibre, amélioration des performances…

D’où vient l’ostéopathie ?

L’ostéopathie fut créée aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle par le Dr Andrew Taylor Still. Déçu par les résultats et les idées de la médecine de l’époque, il tenta de raisonner non sur la maladie, mais sur les conditions de santé.

Le Dr Still réalisa que le corps avait des facultés d’autorégulation, d’autodéfense et d’auto-guérison. Son approche révolutionnaire bouleversa les idées de son temps et ses succès thérapeutiques assurèrent le développement rapide de l’ostéopathie à travers le pays.

L’un des premiers étudiants du Dr Still, J.M. Littlejohn, exporta l’ostéopathie en Europe et plus particulièrement au Royaume-Uni où fut créée en 1917, à Londres, la première école européenne d’ostéopathie : la « British School of Osteopathy ».

Puis dans les années 1960 et grâce aux praticiens formés au Royaume-Uni ou aux USA, l’ostéopathie apparut en France.

Quelles sont les limites de l’ostéopathie ?

Comme toute thérapie, l’ostéopathie connaît ses limites et ne prétend pas tout soigner. Elle pourra cependant procurer une action palliative sur les conséquences de certaines pathologies et tout particulièrement sur la douleur.

Si un traitement n’est pas adapté ou n’apporte pas satisfaction, l’ostéopathe vous invitera alors à consulter votre médecin traitant.

 

 

Les indications à L’ostéopathie

 

L’ostéopathie est souvent une réponse adaptée à toute diminution de mobilité d’une structure de l’organisme engendrant des répercussions localement puis à distance.
Elle apporte un soulagement, après exclusion de toute contre-indication, aux troubles fonctionnels de tous les grands systèmes du corps :

  • De l’appareil locomoteur: lombalgies, cervicalgies, torticolis, dorsalgies, douleurs intercostales, névralgies, entorses, accidents musculaires, tendinites, conséquences du « coup du lapin », côtes ou « vertèbres déplacées » ou bloquées.
  • Du système digestif: difficultés de digestion, constipation, diarrhée, ballonnements, brûlures d’estomac, reflux, régurgitations, nausées.
  • Du système génito-urinaire: règles irrégulières, douloureuses, certaines incontinences, préventions des infections urinaires.
  • Du système nerveux: état d’hypernervosité, d’anxiété, de troubles du sommeil, de stress, de fatigue, d’irritabilité, céphalées, migraines, vertiges.
  • Du système vasculaire: troubles de la circulation, jambes lourdes, hémorroïdes.
  • De la bouche et de la sphère ORL: vertiges, prévention des sinusites et otites répétitives, bourdonnements.
  • Du système respiratoire: prévention des bronchites répétitives.
  • de l’accompagnement de la grossesse et du post-partum
  • de l’accompagnement du nourrisson (troubles du sommeil, agitations, régurgitations, coliques, plagiocéphalies)
  • des traitements des pathologies orthopédiques de l’enfance et de l’adolescence
    • des traitements orthodontiques
  • des séquelles de traumatisme (accidents de la voie publique, conséquences de chutes et de chocs, travail post chirurgical après cicatrisation).