Le cabinet d’ostéopathie est situé au 30 rue de Saint Médard à Saint Aubin d’Aubigné, face à la place du marché. Le cabinet est situé au rez-de-chaussée avec un accès aux personnes à mobilité réduite.

Nombreuses places de parking à proximité.

Pour toute demande de renseignements, n’hésitez pas à me contacter directement:

  • Soit par email: arnaud.cantet@gmail.com
  • Soit par téléphone: 02 23 37 01 99

 

Les bienfaits de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui consiste à redonner au corps son équilibre et sa santé. Force musculaire, souplesse articulaire, souffle sont alors gagnés par le libre jeu des structures.

Centrée sur les besoins individuels de chacun, l’ostéopathie s’adresse aux personnes de tout âge et de toute condition physique.  En effet, les techniques sont douces et indolores.

L’ostéopathie peut non seulement vous aider dans votre quête de bien-être corporel, en vous procurant une relaxation incomparable et un équilibre total, mais également vous permettre d’améliorer vos performances en libérant les tensions de votre corps.

Le concept ostéopathique

 

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle, qui consiste à prévenir, diagnostiquer et traiter les dysfonctions de la mobilité des tissus de l’organisme pour redonner au corps son équilibre et sa santé. Son approche thérapeutique est non-médicamenteuse et non-chirurgicale. L’ostéopathie considère l’individu dans sa globalité et s’appuie sur une connaissance approfondie de l’anatomie et la physiologie du corps humain.

Ses bienfaits sont multiples : relaxation et libération des tensions du corps, bien-être, souplesse articulaire, équilibre, amélioration des performances…

D’où vient l’ostéopathie ?

L’ostéopathie fut créée aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle par le Dr Andrew Taylor Still. Déçu par les résultats et les idées de la médecine de l’époque, il tenta de raisonner non sur la maladie, mais sur les conditions de santé.

Le Dr Still réalisa que le corps avait des facultés d’autorégulation, d’autodéfense et d’auto-guérison. Son approche révolutionnaire bouleversa les idées de son temps et ses succès thérapeutiques assurèrent le développement rapide de l’ostéopathie à travers le pays.

L’un des premiers étudiants du Dr Still, J.M. Littlejohn, exporta l’ostéopathie en Europe et plus particulièrement au Royaume-Uni où fut créée en 1917, à Londres, la première école européenne d’ostéopathie : la « British School of Osteopathy ».

Puis dans les années 1960 et grâce aux praticiens formés au Royaume-Uni ou aux USA, l’ostéopathie apparut en France.

Quelles sont les limites de l’ostéopathie ?

Comme toute thérapie, l’ostéopathie connaît ses limites et ne prétend pas tout soigner. Elle pourra cependant procurer une action palliative sur les conséquences de certaines pathologies et tout particulièrement sur la douleur.

Si un traitement n’est pas adapté ou n’apporte pas satisfaction, l’ostéopathe vous invitera alors à consulter votre médecin traitant.

 

 

Les indications à L’ostéopathie

 

L’ostéopathie est souvent une réponse adaptée à toute diminution de mobilité d’une structure de l’organisme engendrant des répercussions localement puis à distance.
Elle apporte un soulagement, après exclusion de toute contre-indication, aux troubles fonctionnels de tous les grands systèmes du corps :

  • De l’appareil locomoteur: lombalgies, cervicalgies, torticolis, dorsalgies, douleurs intercostales, névralgies, entorses, accidents musculaires, tendinites, conséquences du « coup du lapin », côtes ou « vertèbres déplacées » ou bloquées.
  • Du système digestif: difficultés de digestion, constipation, diarrhée, ballonnements, brûlures d’estomac, reflux, régurgitations, nausées.
  • Du système génito-urinaire: règles irrégulières, douloureuses, certaines incontinences, préventions des infections urinaires.
  • Du système nerveux: état d’hypernervosité, d’anxiété, de troubles du sommeil, de stress, de fatigue, d’irritabilité, céphalées, migraines, vertiges.
  • Du système vasculaire: troubles de la circulation, jambes lourdes, hémorroïdes.
  • De la bouche et de la sphère ORL: vertiges, prévention des sinusites et otites répétitives, bourdonnements.
  • Du système respiratoire: prévention des bronchites répétitives.
  • de l’accompagnement de la grossesse et du post-partum
  • de l’accompagnement du nourrisson (troubles du sommeil, agitations, régurgitations, coliques, plagiocéphalies)
  • des traitements des pathologies orthopédiques de l’enfance et de l’adolescence
    • des traitements orthodontiques
  • des séquelles de traumatisme (accidents de la voie publique, conséquences de chutes et de chocs, travail post chirurgical après cicatrisation).

En bref 

D’une durée d’environ 45 min. Il peut-être judicieux de ramener tous les examens complémentaires dont vous disposez .
Les examens complémentaires faits depuis la dernière séance
Remarque : les examens complémentaires sont à la fois :
Les examens biologiques,
Les imageries médicales,
Les compte-rendus opératoires.

Conseils à suivre pour une bonne efficacité d’un traitement :

Se ménager au maximum les 24 à 48 heures qui suivent un traitement. Et donc ne pas prévoir un travail trop physique pendant ce laps de temps.
Bien s’hydrater.

De manière plus précise

PREMIER TEMPS : L’ANAMNÈSE

Il s’agit d’un entretien très précis, durant lequel votre ostéopathe vous interrogera sur les caractéristiques précises de votre douleur, vos antécédents médicaux, chirurgicaux, traumatiques et vos habitudes de vie.

Il examinera également vos examens complémentaires : examens radiologiques ou biologiques, si vous en avez.

Pensez à vous en munir lors de votre consultation même si ceux-ci n’ont pas de liens directs avec le motif de consultation.

Ce premier temps va permettre à votre ostéopathe de définir ce qui peut être à l’origine de votre douleur et lui permettre ainsi d’aiguiller précisément son examen clinique.

 

 

DEUXIÈME TEMPS : L’EXAMEN CLINIQUE.

EXAMEN STATIQUE : L’OBSERVATION

L’ostéopathe débutera son examen clinique parune observation de votre posture, afin d’analyser votre façon de vous tenir. Cet examen va lui donner des informations précieuses sur les différentes zones de votre corps à investiguer.

EXAMEN DYNAMIQUE : LES TESTS DE MOBILITÉ.

Votre ostéopathe réalisera des tests de mobilité des zones qui lui seront apparues importantes à investiguer lors de l’observation.
À l’issue de ces tests, l’ostéopathe établira un diagnostic ostéopathique et une stratégie thérapeutique.
À ce stade de l’examen clinique, votre ostéopathe aura identifié quelle(s) structure(s) est/sont en cause dans l’apparition de votre douleur, et par quel mécanisme votre douleur est apparue.
Ainsi, cet examen lui permettra d’identifier les différentes zones à traiter afin de soulager votre douleur.
Une à trois séances espacées de 15 jours à 3 semaines sont parfois nécessaires selon qu’il s’agit d’une douleur aigue ou chronique, et en fonction de la capacité de votre corps à s’adapter au traitement.

 

 

TROISIÈME TEMPS : LE TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE

Après avoir obtenu votre accord et vous avoir clairement exposé son plan de traitement, votre ostéopathe procédera au traitement qui consiste en des mobilisations douces, parfois à distance de la zone douloureuse, car le corps est un tout.

En fin de traitement, votre ostéopathe vous donnera des conseils pratiques hygiéno- diététiques et posturaux personnalisés, ainsi que des exercices musculaires simples adaptés à votre cas, à réaliser chez vous.

Vous pouvez ressentir une sensation de fatigue et des douleurs à type de courbatures dans les 2-3 jours suivant le traitement ostéopathique.
Il s’agit d’un phénomène normal qui correspond au laps de temps que met le corps à s’adapter au traitement ostéopathique.
Il est pour cela conseillé de ne pas pratiquer d’activité physique pendant 2-3 jours après un traitement ostéopathique.

 

Après la séance …

Après une séance d’ostéopathie, il arrive que des douleurs apparaissent, allant de la simple gêne jusqu’à la franche douleur qui vous cloue au lit et qui vous font maudire votre praticien. Ces douleurs sont le signe que votre corps réagit au traitement et se rétablit.

Elles surviennent généralement le lendemain ou le surlendemain d’une consultation, alors que dans un premier temps vous sembliez aller mieux; elles durent en moyenne 3-4 jours mais peuvent s’étendre jusqu’à 10 jours. En général, les patients concernés parleront de fatigue, de courbatures, de « douleurs dans tout le corps, comme si j’étais passé sous un rouleau compresseur ».

Pourquoi ces douleurs?

La douleur est un signal d’alarme du corps qui exprime ainsi les limites de son adaptation aux différents événements extérieurs (efforts importants, rater une marche, alimentation non adaptée, chutes, chocs, etc).

L’ostéopathe intervient alors pour lever le(s) blocage(s) qui cré(ent) un déséquilibre, et permettre ainsi à l’organisme de « s’autoguérir ».
Ce processus de réparation provoque des micro-œdèmes au niveau des zones de remaniement qui peuvent comprimer certaines structures et créer ainsi la douleur ressentie parfois après la consultation.

Ces douleurs sont donc le signe que le corps travaille et corrige les problèmes à l’origine du symptôme pour lequel vous êtes venu voir votre ostéopathe. L’intensité est variable et ne peut être prévue. Elle semble dépendre de l’importance du blocage initial, de la chronicité, de la zone concernée,..

Pourquoi la douleur apparaît-elle les jours qui suivent la consultation alors que tout semblait aller mieux?

Lorsqu’on dort, le corps est en phase neurologique parasympathique: il récupère et cela se fait par des petites inflammations (les œdèmes) qui chauffent et compriment certaines structures. Plus les blocages étaient importants, plus le nombre d’œdèmes sera élevé et plus les signes de fatigue et de courbatures seront importants. Localement rien n’est visible, mais l’organisme, libéré de ses blocages par la consultation, est en fait en train de travailler de manière importante pour retrouver son équilibre.

Cette phase de récupération est essentiellement « visible » dans les dix premiers jours qui suivent la consultation, mais dure environ un mois. C’est pourquoi, si une deuxième consultation est envisagée, celle-ci ne sera programmée que 3 à 4 semaines après la première consultation.

Si cette phase de douleur n’existe pas en médecine « classique », c’est que l’approche initiale est différente: les médicaments vont chercher à diminuer les symptômes et le corps ne va donc pas travailler pour retrouver son équilibre. Votre ostéopathe, lui, va chercher la cause des symptômes et lever les blocages qui empêchent le corps de s’autoguérir. A partir de là, celui-ci va travailler, chercher son nouvel équilibre et se remettre d’aplomb.

Comment limiter ces douleurs?

Pour diminuer ces douleurs qui suivent une consultation, il est déconseillé de prendre des anti-inflammatoires, sauf si la douleur est vraiment insupportable: ceux-ci vont diminuer les inflammations qui sont essentielles au processus de guérison du corps.

On peut cependant s’aider de diverses substances naturelles :

l’Arnica (homéopathie) permet de réduire les œdèmes: 9 CH 3 granules 3x/jour sur 3-5 jours.

– le Curcuma, associé au poivre vert, disponible en pharmacie. Cela permet d’optimiser l’inflammation, et de la rendre moins intempestive.

– l’huile essentielle d’Hélichryse: 2 gouttes par jour par voie internet (à mettre sur un aliment) et une goutte pure (ou mélangée avec une huile de table) à masser sur la zone douloureuse.

Il est important également de boire de l’eau et de se reposer.

Honoraires d’une consultation : 50 euros

Une consultation ostéopathique dure en moyenne 45-60 minutes.

MODES DE RÈGLEMENT

Les paiements par chèques et espèces sont acceptés

Une facture d’honoraires vous est remise en fin de séance.

REMBOURSEMENT DES SÉANCES D’OSTÉOPATHIE

L’ostéopathie n’est pas remboursée par la sécurité sociale, cependant un grand nombre de mutuelles prennent en charge totalement ou partiellement les soins ostéopathiques. Veuillez vous référer au lien suivant ou renseignez vous auprès de votre mutuelle.

http://www.osteopathie.org/mutuelles.html

Les indications à L’ostéopathie

L’ostéopathie est souvent une réponse adaptée à toute diminution de mobilité d’une structure de l’organisme engendrant des répercussions localement puis à distance.
Elle apporte un soulagement, après exclusion de toute contre-indication, aux troubles fonctionnels de tous les grands systèmes du corps :

 

De l’appareil locomoteur : lombalgies, cervicalgies, torticolis, dorsalgies, douleurs intercostales, névralgies, entorses, accidents musculaires, tendinites, conséquences du « coup du lapin », côtes ou « vertèbres déplacées » ou bloquées.

• Du système digestif : difficultés de digestion, constipation, diarrhée, ballonnements, brûlures d’estomac, reflux, régurgitations, nausées.

• Du système génito-urinaire : règles irrégulières, douloureuses, certaines incontinences, préventions des infections urinaires.

• Du système nerveux : état d’hypernervosité, d’anxiété, de troubles du sommeil, de stress, de fatigue, d’irritabilité, céphalées, migraines, vertiges.

• Du système vasculaire : troubles de la circulation, jambes lourdes, hémorroïdes.

• De la bouche et de la sphère ORL : vertiges, prévention des sinusites et otites répétitives, bourdonnements.

• Du système respiratoire : prévention des bronchites répétitives.

• de l’accompagnement de la grossesse et du post-partum

• de l’accompagnement du nourrisson (troubles du sommeil, agitations, régurgitations, coliques, plagiocéphalies)

• des traitements des pathologies orthopédiques de l’enfance et de l’adolescence
• des traitements orthodontiques

• des séquelles de traumatisme (accidents de la voie publique, conséquences de chutes et de chocs, travail post chirurgical après cicatrisation).

Le concept ostéopathique

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle, qui consiste à prévenir, diagnostiquer et traiter les dysfonctions de la mobilité des tissus de l’organisme pour redonner au corps son équilibre et sa santé. Son approche thérapeutique est non-médicamenteuse et non-chirurgicale. L’ostéopathie considère l’individu dans sa globalité et s’appuie sur une connaissance approfondie de l’anatomie et la physiologie du corps humain.

Ses bienfaits sont multiples : relaxation et libération des tensions du corps, bien-être, souplesse articulaire, équilibre, amélioration des performances…

 

D’où vient l’ostéopathie ?

L’ostéopathie fut créée aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle par le Dr Andrew Taylor Still. Déçu par les résultats et les idées de la médecine de l’époque, il tenta de raisonner non sur la maladie, mais sur les conditions de santé.

Le Dr Still réalisa que le corps avait des facultés d’autorégulation, d’autodéfense et d’auto-guérison. Son approche révolutionnaire bouleversa les idées de son temps et ses succès thérapeutiques assurèrent le développement rapide de l’ostéopathie à travers le pays.

L’un des premiers étudiants du Dr Still, J.M. Littlejohn, exporta l’ostéopathie en Europe et plus particulièrement au Royaume-Uni où fut créée en 1917, à Londres, la première école européenne d’ostéopathie : la « British School of Osteopathy ».

Puis dans les années 1960 et grâce aux praticiens formés au Royaume-Uni ou aux USA, l’ostéopathie apparut en France.

 

Quelles sont les limites de l’ostéopathie ?

Comme toute thérapie, l’ostéopathie connaît ses limites et ne prétend pas tout soigner. Elle pourra cependant procurer une action palliative sur les conséquences de certaines pathologies et tout particulièrement sur la douleur.

Si un traitement n’est pas adapté ou n’apporte pas satisfaction, l’ostéopathe vous invitera alors à consulter votre médecin traitant.