En bref 

D’une durée d’environ 45 min. Il peut-être judicieux de ramener tous les examens complémentaires dont vous disposez .
Les examens complémentaires faits depuis la dernière séance
Remarque : les examens complémentaires sont à la fois :
Les examens biologiques,
Les imageries médicales,
Les compte-rendus opératoires.

Conseils à suivre pour une bonne efficacité d’un traitement :

Se ménager au maximum les 24 à 48 heures qui suivent un traitement. Et donc ne pas prévoir un travail trop physique pendant ce laps de temps.
Bien s’hydrater.

De manière plus précise

PREMIER TEMPS : L’ANAMNÈSE

Il s’agit d’un entretien très précis, durant lequel votre ostéopathe vous interrogera sur les caractéristiques précises de votre douleur, vos antécédents médicaux, chirurgicaux, traumatiques et vos habitudes de vie.

Il examinera également vos examens complémentaires : examens radiologiques ou biologiques, si vous en avez.

Pensez à vous en munir lors de votre consultation même si ceux-ci n’ont pas de liens directs avec le motif de consultation.

Ce premier temps va permettre à votre ostéopathe de définir ce qui peut être à l’origine de votre douleur et lui permettre ainsi d’aiguiller précisément son examen clinique.

 

 

DEUXIÈME TEMPS : L’EXAMEN CLINIQUE.

EXAMEN STATIQUE : L’OBSERVATION

L’ostéopathe débutera son examen clinique parune observation de votre posture, afin d’analyser votre façon de vous tenir. Cet examen va lui donner des informations précieuses sur les différentes zones de votre corps à investiguer.

EXAMEN DYNAMIQUE : LES TESTS DE MOBILITÉ.

Votre ostéopathe réalisera des tests de mobilité des zones qui lui seront apparues importantes à investiguer lors de l’observation.
À l’issue de ces tests, l’ostéopathe établira un diagnostic ostéopathique et une stratégie thérapeutique.
À ce stade de l’examen clinique, votre ostéopathe aura identifié quelle(s) structure(s) est/sont en cause dans l’apparition de votre douleur, et par quel mécanisme votre douleur est apparue.
Ainsi, cet examen lui permettra d’identifier les différentes zones à traiter afin de soulager votre douleur.
Une à trois séances espacées de 15 jours à 3 semaines sont parfois nécessaires selon qu’il s’agit d’une douleur aigue ou chronique, et en fonction de la capacité de votre corps à s’adapter au traitement.

 

 

TROISIÈME TEMPS : LE TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE

Après avoir obtenu votre accord et vous avoir clairement exposé son plan de traitement, votre ostéopathe procédera au traitement qui consiste en des mobilisations douces, parfois à distance de la zone douloureuse, car le corps est un tout.

En fin de traitement, votre ostéopathe vous donnera des conseils pratiques hygiéno- diététiques et posturaux personnalisés, ainsi que des exercices musculaires simples adaptés à votre cas, à réaliser chez vous.

Vous pouvez ressentir une sensation de fatigue et des douleurs à type de courbatures dans les 2-3 jours suivant le traitement ostéopathique.
Il s’agit d’un phénomène normal qui correspond au laps de temps que met le corps à s’adapter au traitement ostéopathique.
Il est pour cela conseillé de ne pas pratiquer d’activité physique pendant 2-3 jours après un traitement ostéopathique.

 

Après la séance …

Après une séance d’ostéopathie, il arrive que des douleurs apparaissent, allant de la simple gêne jusqu’à la franche douleur qui vous cloue au lit et qui vous font maudire votre praticien. Ces douleurs sont le signe que votre corps réagit au traitement et se rétablit.

Elles surviennent généralement le lendemain ou le surlendemain d’une consultation, alors que dans un premier temps vous sembliez aller mieux; elles durent en moyenne 3-4 jours mais peuvent s’étendre jusqu’à 10 jours. En général, les patients concernés parleront de fatigue, de courbatures, de « douleurs dans tout le corps, comme si j’étais passé sous un rouleau compresseur ».

Pourquoi ces douleurs?

La douleur est un signal d’alarme du corps qui exprime ainsi les limites de son adaptation aux différents événements extérieurs (efforts importants, rater une marche, alimentation non adaptée, chutes, chocs, etc).

L’ostéopathe intervient alors pour lever le(s) blocage(s) qui cré(ent) un déséquilibre, et permettre ainsi à l’organisme de « s’autoguérir ».
Ce processus de réparation provoque des micro-œdèmes au niveau des zones de remaniement qui peuvent comprimer certaines structures et créer ainsi la douleur ressentie parfois après la consultation.

Ces douleurs sont donc le signe que le corps travaille et corrige les problèmes à l’origine du symptôme pour lequel vous êtes venu voir votre ostéopathe. L’intensité est variable et ne peut être prévue. Elle semble dépendre de l’importance du blocage initial, de la chronicité, de la zone concernée,..

Pourquoi la douleur apparaît-elle les jours qui suivent la consultation alors que tout semblait aller mieux?

Lorsqu’on dort, le corps est en phase neurologique parasympathique: il récupère et cela se fait par des petites inflammations (les œdèmes) qui chauffent et compriment certaines structures. Plus les blocages étaient importants, plus le nombre d’œdèmes sera élevé et plus les signes de fatigue et de courbatures seront importants. Localement rien n’est visible, mais l’organisme, libéré de ses blocages par la consultation, est en fait en train de travailler de manière importante pour retrouver son équilibre.

Cette phase de récupération est essentiellement « visible » dans les dix premiers jours qui suivent la consultation, mais dure environ un mois. C’est pourquoi, si une deuxième consultation est envisagée, celle-ci ne sera programmée que 3 à 4 semaines après la première consultation.

Si cette phase de douleur n’existe pas en médecine « classique », c’est que l’approche initiale est différente: les médicaments vont chercher à diminuer les symptômes et le corps ne va donc pas travailler pour retrouver son équilibre. Votre ostéopathe, lui, va chercher la cause des symptômes et lever les blocages qui empêchent le corps de s’autoguérir. A partir de là, celui-ci va travailler, chercher son nouvel équilibre et se remettre d’aplomb.

Comment limiter ces douleurs?

Pour diminuer ces douleurs qui suivent une consultation, il est déconseillé de prendre des anti-inflammatoires, sauf si la douleur est vraiment insupportable: ceux-ci vont diminuer les inflammations qui sont essentielles au processus de guérison du corps.

On peut cependant s’aider de diverses substances naturelles :

l’Arnica (homéopathie) permet de réduire les œdèmes: 9 CH 3 granules 3x/jour sur 3-5 jours.

– le Curcuma, associé au poivre vert, disponible en pharmacie. Cela permet d’optimiser l’inflammation, et de la rendre moins intempestive.

– l’huile essentielle d’Hélichryse: 2 gouttes par jour par voie internet (à mettre sur un aliment) et une goutte pure (ou mélangée avec une huile de table) à masser sur la zone douloureuse.

Il est important également de boire de l’eau et de se reposer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s